Connectez-vous
Mise à jour le Apr 14, 2018
Flash Info
Diprostene injectable : rupture de stock effective
Umax LP 400µg (Tamsulosine) : remise à disposition normale

Je dois faire une prise de sang. Quelles précautions prendre pour ne pas fausser le résultat ?

  • Écrit par

Même si cela représente souvent une contrainte, il est préférable que le sang soit prélevé à jeun pour que les dosages obtenus soient le plus facilement et le plus exactement interprétés.

Les repas ont en effet une incidence directe sur les dosages. S'ils n'entraînent qu'une faible variation des taux de potassium et de sodium, ils font augmenter ceux de glucose, d'acide urique et de triglycérides, et diminuer celui de l'urée.

  La prise de certains médicaments a également une incidence. Aussi anodins soient-ils, mieux vaut les ingérer après la prise de sang. La vitamine C réduit la cholestérolémie, et la vitamine D l'augmente. Le jeûne peut donc s'imposer en fonction des recherches effectuées.

Quelles sont les valeurs normales de constantes à connaîtres ?

  • Hématies, en millions/mm3

               − femme : 4 à 5,3;

               − homme : 4,2 à 5,7.

  • Taux d'hémoglobine (complexe organoferrugineux constituant l'essentiel de l'hématie et assurant le transport de l'oxygène dans le sang), en g pour 100 ml de sang total : 

               − femme : 12,5 à 15,5 g/100 ml;

               − homme : 14 à 17 g/100 ml.

  • Hématocrite (volume occupé par les globules rouges par rapport au sang total), en % : 

               − femme : 37 à 46%;

               − homme : 40 à 52%.

  • Volume globulaire moyen d'une hématie (VGMH) : femme et homme : 80 à 95 µ3.
  • Leucocytes : 4000 à 10 000/mm3 chez l'adulte.
  • Glycémie à jeun : 0,70 g à 1,05 g/l.
  • Valeurs maximales pour un risque cardiovasculaire faible : 

               − Cholestérol total (CT) : 2g/l.

               − triglycérides : femme : 0,35 à 1,4 g/l ; homme : 0,45 à 1,75 g/l.

  • Créatinine : substance azotée issue de la dégradation de la créatinine musculaire. Sa concentration plasmatique dépend donc de la masse musculaire et surtout du bon fonctionnement du rein.

               − femme : 6 à 11 mg/l;

               − homme : 7 à 13 mg/l.

Vos questions : 

  • Avez-vous pratiqué un exercice intense ces derniers jours ?
  • Vous sentez-vous stressé, fatigué ?
  • Fumez-vous ?
  • Quel type de médicaments prenez-vous ?
  • A quel heure êtes-vous convoqué pour l'analyse ?

Votre conseil

  • Concernant l'alimentation : 

              − La numérotation-formule sanguine ou hémogramme, l'urée et la surveillance des traitements anticoagulants peuvent se pratiquer après un petit déjeuner léger, à condition que celui-ci ne comporte ni beurre, ni lait. La présence de corps gras rend le sérum lactescent et empêche une bonne lecture des dosages.

              − Une recherche de glycémie nécessite que le sujet soit à jeun et qu'il n'ait pas fumé avant la prise de sang, car les aliments, l'alcool et le tabac augmentent la glycémie.

              − Les bilans lipidiques demandent que la prise de sang soit réalisée au moins douze heures après le derniers repas. Un conseil : dîner tôt si la prise de sang doit être faite le lendemain avant de partir travailler.

  • Concernant le repos : si, la plupart du temps, le prélèvement doit s'effectuer à distance des repas, il faut aussi que le sujet soit au repos car une activité intense ou un stress peuvent perturber certains dosages. Par exemple, la créatinine-phosphokinase, ou CPK, est une enzyme qui augmente beaucoup dans la phase initiale d'un infarctus. Or, cette même enzyme est également très perturbée les jours qui suivent un effort physique intense. Si le taux de CPK chez un patient est anormalement élevé, il faut avant tout s'assurer qu'il n'a pas fait d'exercice violent les jours précédant l'analyse. De même, la glycémie à jeun est diminuée après un effort prolongé et à l'inverse augmentée par un stress important. La concentration plasmatique de créatinine, qui reflète le bon fonctionnement du rein, augmente elle aussi avec l'effort.
  • Attention également à l'heure de l'examen : certains éléments contenus dans le sang évoluent beaucoup au cours de la journée en fonction de l'heure. Par exemple, le taux de fer sérique passe du simple au double du matin au soir, les hormones sont sécrétées suivant des rythmes horaires particuliers, et il en est de même, semble-t-il pour les anticorps circulants.