Sidebar

La protection solaire

Qu'est ce que c'est ?

L'exposition au soleil (rayons UVA/UVB) peut provoquer des brûlures du 1er (coups de soleil) et du 2ème degré, des Lucites estivales bénignes (LEB), des urticaires solaires, un vieillissement cutané prématuré et des cancers cutanés de la peau (carcinome et mélanome).

Les filtres solaires

Pour se protéger des rayons UV, il existe 2 types de filtres solaires :

  • Les filtres organiques (ou chimiques) : absorbent les rayons UV. Certains sont efficaces contre les rayons UVB, d’autres protègent des rayons UVA.
  • Les filtres minéraux : reflètent la lumière. Ils absorbent à la fois les UVA et les UVB. Ils sont constitués de micro-pigments, restent à la surface de la peau et n’induisent pas d’allergie. Les filtres minéraux sont préférentiellement conseillés chez les sujets à peaux fragiles et allergiques, chez les bébés et chez les jeunes enfants.

Comment se protéger ?

Un produit solaire ne protège jamais totalement. Renouveler l'application le plus souvent toutes les 2 heures, également après la baignade, après avoir transpiré ou s'être essuyé la peau.

Les bébés et les jeunes enfants ne doivent pas être exposés directement au soleil. Utiliser des protections vestimentaires : tee-shirt, chapeau à larges bords, lunettes de soleil (verres protecteurs indice UV 3 - 4).

Eviter l'exposition solaire aux heures d'ensoleillement maximal entre 12 h et 16 h. Eviter l'utilisation des produits pouvant provoquer des réactions allergiques cutanées (déodorant, parfum….).

Quel produit de protection solaire choisir ?

Le rayonnement du soleil peut être responsable de nombreux effets nocifs, notamment aux niveaux cutané (vieillissement prématuré de la peau, cancers cutanés, photosensibilisations…) et oculaire (cataracte, dégénérescences de la rétine…).

L’usage d’un produit de protection solaire représente un élément de l’ensemble des moyens de protection solaire. Une bonne protection contre les effets du rayonnement ultraviolet (UV) comporte aussi une protection vestimentaire, une protection des yeux, l’évitement des expositions pendant les heures de la journée où le rayonnement est le plus intense, etc.

Le choix d’un produit de protection solaire doit être adapté au type de peau et aux conditions d’exposition (durée et puissance du rayonnement). Plus l’exposition est importante et la peau sensible au soleil, plus l’indice de protection (SPF : Sun Protector Factor) doit être élevé.

Crème, spray, lotion, la forme du produit dépend de la surface à protéger et du confort d’application.

Bien lire l'étiquetage 

Avant d’utiliser un produit de protection solaire, il est essentiel de lire son étiquetage car il fournit des informations utiles sur le niveau de protection, les précautions d’emploi et la quantité de produit à appliquer pour assurer la meilleure protection possible. En cas d’antécédents allergiques et/ou photo-allergiques, il est indispensable de lire la composition qualitative du produit.

Les ingrédients les plus sûr

Alors que la crème solaire est censée nous protéger du cancer de la peau, on découvre qu'un des ingrédients utilisés dans leur formulation peut favoriser le développement d'une tumeur cutanée lorsqu'il est exposé aux UV !

Il s'agit du rétinyl palmitate (un dérivé du rétinol, vitamine A) que l'on retrouve dans de nombreux produits cosmétiques (crèmes antirides, baumes pour les lèvres, gels coiffants, laits corporels... et crèmes solaires) en raison de ses propriétés antioxydantes.

Or exposé aux UV, ce composé a été associé à un risque accru de tumeur chez des souris. Reste à prouver qu'il se passe la même chose chez l'homme. Mais en attendant, mieux vaut être prudent et écarter cette substance des cosmétiques. 

Ingrédient à éviter 

Rétinyl palmitate, Oxybenzone , Octyl-méthoxycinnamate (OMC), 4-méthylbenzylidène camphre (4-MBC).

Ingrédient à privilégier 

Parsol 1789 (ou avobenzone), Octocrylène, Mexoryl (SX et XL), Tonosorb (ou bemotrizonol).

Comment choisir sa crème solaire ?

 
  Expositions modérées (vie au grand air) Expositions importantes (plage, activités extérieures, sport…) Expositions extrêmes (glacier, haute montagne, tropiques…)
Phototype I peau très claire ou laiteuse cheveux roux ou blonds Haute protection SPF 30 - 50 Très haute protection SPF 50 + Très haute protection SPF 50 +
Phototype II peau claire cheveux blonds à châtains Protection moyenne SPF 15 - 20 - 25 Haute protection SPF 30 - 50 Très haute protection SPF 50 +
Phototype III peau claire, hâle clair cheveux châtains à bruns Faible protection SPF 6 - 10 Haute protection SPF 30 - 50 Haute protection SPF 30 - 50
Phototype IV peau mate, bronzage foncé cheveux bruns, noirs Faible protection SPF 6 - 10 Protection moyenne SPF 15 - 20 - 25 Haute protection SPF 30 - 50
Phototype V peau brun foncé, cheveux noirs, bronzage très foncé Faible protection SPF 6 - 10 Faible protection SPF 6 - 10 Protection moyenne SPF 15 - 20 - 25
Phototype VI peau noire cheveux noirs Faible protection SPF 6 - 10 Faible protection SPF 6 - 10 Protection moyenne SPF 15 - 20 - 25

 

Les points à surveiller

Point à surveiller 1 : les filtres chimiques

Les produits solaires peuvent contenir deux types de filtres UV : chimiques ou physiques. Plusieurs études ont révélé que certains filtres chimiques peuvent être absorbés par notre organisme et aboutir ainsi dans notre sang. D’autres irriteraient notre peau et perturberaient notre système hormonal. L’oxybenzone, l’octocrylène et l’avobenzone par exemple sont des filtres chimiques. 

Préférer les filtres minéraux : Contrairement à ceux-ci, les filtres minéraux comme l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane restent à la surface de notre peau où ils « réfléchissent » les rayons du soleil. Résultat : nous devons nous enduire moins souvent de crème solaire. Les filtres physiques sont en outre généralement bien tolérés par la peau.

Point à surveiller 2 : les nanoparticules

L’inconvénient de ces filtres minéraux est qu’ils déposent un voile blanc sur la peau. Si ce n’est pas le cas, c’est que leur fabricant a recouru à la nanotechnologie : les particules d’oxyde de zinc et de dioxyde de titane ont été tellement miniaturisées qu’elles ne laissent plus de reflets blancs sur la peau. Toutefois, si on les inhale, elles peuvent endommager nos organes. Les sprays solaires contenant des nanoparticules sont donc à éviter. 

Point à surveiller 3 : le Sun Protection Factor (SPF)

Le Sun Protection Factor (SPF en abrégé) est une indication du degré de protection du produit solaire contre les rayons UVB, qui sont responsables des coups de soleil et, à long terme, peuvent provoquer entre autres le cancer de la peau comme le mélanome. En théorie, un SPF 30 par exemple protège votre peau trente fois plus longtemps avant qu’elle ne puisse être brûlée par le soleil.

L'indice de protection élevé pas toujours gage de sûreté !

Une étude a montré que les produits à SPF élevé sont en réalité souvent mal utilisés. C’est ainsi que les amateurs de bronzage pensent par exemple qu’ils seront d'autant mieux protégés que le produit utilisé affiche un indice élevé. Or la plus-value de la protection UVB est minime ! Conséquence : ils s’exposent plus longtemps au soleil et s’enduisent moins de produit solaire. Selon cette même logique, ils se permettent alors d’oublier de temps à autre les autres mesures de protection contre le soleil comme se mettre régulièrement à l’ombre, porter un chapeau de soleil, etc

Point à surveiller 4 : la protection UVA

L’indication « SPF » signifie qu’un produit solaire protège contre le rayonnement UVB mais ne concerne pas les rayons UVA. Alors que 95% de la lumière du soleil qui atteint la terre se compose précisément de rayons UVA ! Ce sont eux qui font vieillir notre peau et peuvent jouer un rôle dans le développement du cancer de la peau. Vérifiez dès lors que le produit solaire comporte bien le logo UVA (un cercle entourant les lettres «UVA»), qui indique que le produit a un facteur de protection UVA d’au moins un tiers du SPF, en conformité avec la recommandation de la Commission européenne.