Sidebar

Anxiété

A savoir

L'anxiété est une réaction normale et utile lorsqu'elle survient en réponse à un danger clairement identifiable. Elle aide à réagir à l'événement et disparaît en même temps que le danger.

L'anxiété devient pathologique lorsqu'elle survient sans raison, ou que son intensité est disproportionné par rapport à la cause. On distingue principalement cinq tableaux d'anxiété. 

L'anxiété généralisée est un état d'inquiétude sans cause

Il s'agit d'un état d'inquiétude permanent, sans cause identifiée. Des symptômes physiques sont fréquents : transpiration, mains froides, douleurs abdominales, bouche sèche, vertiges, insomnie.

La phobie se concentre sur un élément précis 

La phase d'anxiété ne survient que devant une situation donnée : peur des serpents, des araignées, peur des lieux public et de la foule (agoraphobie), crainte de parler en public. La phobie ne devient un véritable trouble que si elle empêche de mener une vie normale.

Le trouble obsessionnel compulsif est basé sur les rituels

Le trouble obsessionnels compulsif (TOC) se caractérise par des pensées ou des comportements répétitifs (rituels). Les patients reconnaissent que les rituels sont anormaux  mais ne peuvent s'en empêcher.

L'attaque de panique ou sensation de mort imminente

L'attaque survient de façon inopinée, sans objet. Elle associe sensation d'étouffement, douleur thoracique, palpitations, pouls rapide, impression d'évanouissement, transpiration, crainte de devenir fou ou de mourir.

 Le stress post-traumatique en réponse à une expérience traumatisante

L'expérience traumatisante peut être une agression, un accident d'avion ou de voiture, un attentat. L'événement est revécu en souvenir ou en rêves répétitifs.

Quel traitement proposer ?

Les limites du conseil 

Une consultation médicale est généralement indispensable. Elle permet d'identifier le trouble et son ancienneté, et de mettre en place si besoin une psychothérapie et/ou un traitement médicamenteux  (anxiolytiques, anti-dépresseurs). Seule l'anxiété légère ou la nervosité peut être prise en charge à l'officine sous réserve qu'elle ne handicape pas réellement la vie du patient et qu'elle soit liée à un événement précis : peur d'un examen, deuil récent (mais la consultation devient nécessaire si l'anxiété est trop importante), trac avant de parler en public.

Les plantes au secours de l'anxiété

Les plantes sédatives peuvent être proposées comme traitement de fond de l'anxiété légère. Angélique, ballote, mélisse, passiflore, tilleul, verveine, valériane et houblon peuvent être conseillés sous forme de tisane ou de gélules d'extraits secs.

Le magnésium : un allié de choix

Les carences en magnésium sont très fréquentes dans la population, avec des conséquences musculaires (paupière qui « papillote », fatigue musculaire, crampes) et nerveuses. Les apports doivent être de l'ordre de 150 à 375 mg par jour en cure de trois semaine à un mois.

L'homéopathie

A conseiller en particulier en cas de trac :

  • gelsemium : pour éviter le trac lorsque celui-ci inhibe le patient : une dose en 15 CH la veille et le matin du l'examen, 3 granules en 9 CH avant l'épreuve .
  • ignatia : sensation de boule dans la gorge, comportement paradoxale passant de rire aux larmes, soupirs, bâillements, 3 granules en 9 CH au lever et au moment des troubles.

En spécialités, conseiller Sédatif PC, 2 à 4 comprimés par jour dans les anxiétés mineurs.

Quel conseils donner ?

Apprendre à se détendre 

Certains technique de relaxation (yoga, biofeedback, respiration profonde) peuvent contribuer à soulager les tensions nerveuses. De même, l'exercice physique régulier contribue à diminuer l'anxiété et à favoriser le sommeil.

Eviter le café 

La caféine (café, thé, boissons à base de Cola) majorent l'anxiété. En consommer de manière raisonnable (1 tasse de café ou de thé par jour).